Les deux défis du Maroc, Diversification et emploi | Challengema

Dimanche 25 oct 2015

jump to example.com

Monday 13 April 2015

Qui sommes-nous?
Contact
Abonnements
Publicité

L’édito
Dossiers
Décideurs

Portraits
Interviews

Ecobiz

Flash-eco
Economie
Business
Finance
Agenda
Bourse

Politique

Maroc
International

Magazine

Société
Culture
High-Tech
Sport
Auto

Blog
Archives

Archives
Les unes de challenge

Ecobiz » Economie »

Les deux défis du Maroc: Diversification et emploi

28 janvier 2014 12 h 27 min0 commentaires

L’OCP a fait appel à Dr. Shantaynan Devarajan, l’économiste en chef  pour la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) à la banque mondiale et Jean Pierre Chauffour, économiste principal de la même institution à Rabat dans le’ cadre de son cycle de conférence. Pour ces experts, si le Maroc veut atteindre le niveau de la Corée aujourd’hui, il devra accélérer durablement et pendant 20 ans, la croissance avec un taux de 10%. 
 
« Les transitions économiques dans la région MENA : enjeux et perspectives pour le Maroc »: tel était le thème de la conférence-débat organisée vendredi dernier par le think-tank OCP Policy Center.  
 L’Economiste en chef, Shantayanan Devarajan a traité de la problématique de la diversification et de l’emploi. Il a relevé qu’une croissance accélérée constitue la clef pour le développement  du Maroc  qui se doit de relever les deux défis de la diversification et l’emploi. Devarajan estime que trois contraintes entravent ou empêchent la diversification dans n’importe quel pays et qui sont : l’infrastructure, la formation et les politiques industrielles. Toutefois, il considère que ces trois contraintes ne sont pas d’ordre technique ou une question de ressources mais plutôt une question de politique et de bonne gouvernance.
Il a cité l’exemple de l’eau en Inde et la question brûlante des subventions qu’il considère comme un outil de propagande politique.
S’il faut subventionner l’eau  pour les pauvres, où trouver les subventions sinon chez les politiques  qui les contrôlent et de fait, les services rendus aux pauvres sont politiquement rentables. Par conséquent, et du fait même de ces subventions, il est très cher d’être pauvre !
Idem pour le secteur du transport. L’économiste en chef prend l’exemple de l’Afrique sub-saharienne où les coûts ne sont pas les élevés au monde mais  il s’agit d’un  problème de monopole  et de lobbies qui empêchent la déréglementation.
Il en cite pour preuve le Rwanda qui déréglementé le transport et du coup, les prix  ont chuté.

Dr Shantayanan Devarajan ,Economiste en Chef pour la region MENA , Karim El Aynaoui ,Conseiller du PDG de l’Ocp ,Jean-Pierre Chauffour ,Economiste principal de la banque Mondiale pour le Maroc.

 
La bataille des ressources humaines
 
Abordant le dossier de l’éducation et de la formation, Devarajan  a souligné que la région MENA est à la traine dans de nombreux pays. Il donne l’exemple du Koweït qui dispose  du robinet pétrodollars et où  la situation est pire que celle des Palestiniens dont le niveau est des plus performants dans le monde arabe. Comme quoi, ce n’est pas une question de moyens mais plutôt d’une volonté politique. Faisant parler les chiffres, Devarajan a affirmé que 5% des élèves dans la région MENA manquent de professeurs de mathématiques et un absentéisme élevé des enseignants qui est de l’ordre de 5%.
La même pandémie frappe le secteur de la santé. Ainsi et toujours l’exemple du Yémen, l’absentéisme des prestataires de services est de 27%. Le conférencier e estime que le mal réside dans la bonne gouvernance et en l’absence d’incitations et de primes expliquent la fuite des compétences vers le secteur privé.
Soulevant la question du droit du citoyen à l’information, Devarajan  a cité l’exemple de l’Ouganda, pays plus pauvre que le Maroc, pour illustrer l’importance de la diffusion de l’information auprès des pauvres. En 1995, les dons destinés à l’éducation primaire en Ouganda étaient de 13%. Une fois ce chiffre diffusé dans les quatre coins du pays, la population a exigé des explications et de la transparence. Du coup et comme par hasard, ce chiffre est passé à 80% en cinq ans.
Quant à la question des incitations et le problème de l’absentéisme, le Rwanda  y a remédié en accordant une prime basée sur la performance quant au nombre d’enfants vaccinés ou celui des femmes consultées. Par ces primes, les indicateurs de la santé se sont nettement améliorés. Il en ressort que l’absentéisme est un problème de politique économique.
Concluant sur la décentralisation et l’importance de la politique de proximité fondée sur  la bonne gouvernance et le droit du citoyen à l’information et  L’Economiste en Chef a été économe dans le verbe et éloquent dans l’exemple. Il a cité le Bangladesh, l’un des pays les
plus corrompu monde. Dans ce pays, le département des travaux publiques a construit un pont dans un village  qui n’a pas tenu plus de six moins après son inauguration. On a alors donné la même somme aux villageois  qui ont reconstruit le même pont. Les experts ont été unanimes pour dire qu’ils ont construit le pont le plus fiable.
 
Auparavant, Jean Pierre Chauffour, économiste principal de la Banque mondiale  à Rabat, a mis la conférence dans son contexte marocain.
Dans son intervention, il  a commencé par souligner  que l’ambition de la banque mondiale au Maroc  pour cette année est de travailler avec l’OCP Policy Center sur un nombre de thématiques afin de nourrir le débat.
Abordant les enjeux de la croissance pour le Royaume en 2014, Chauffour  a d’abord commencé par mettre en perspective la croissance du Maroc depuis l’indépendance, relevant que le pays a connu une économie de croissance en trois phases. Ainsi, le Royaume a connu une croissance modeste pendant un certain temps avec un BIP de l’ordre de 1500 dollars. Il a fallu toute une décennie, à la fin des années 1990 pour voir le pays se mettre à un taux plus soutenu. Chauffour a mis en exergue la forte relativité de la croissance et sa fluctuation dont le taux est lié à l’agriculture même si le poids de cette dernière a diminué.
Le conférencier a par la suite présenté trois scenarii de la situation du Maroc à l’horizon 2034.
 
Trois scénarii: Corée du Sud, Turquie ou un PIB de 5000 dollars
 
Pour le premier cas, il souligne que le PIB pourrait atteindre les 5000 dollars à la condition de réaliser un taux de croissance moyen de 4,5% sur les vingt prochaines années. Il s’interroge, néanmoins, sur la question de savoir si ce taux est suffisant pour atteindre les objectifs surtout que les attentes de la population sont grandes et profondes. D’où, un deuxième scénario qui permettrait de porter le niveau du Maroc à celui de la Corée du Sud qui a réussi à rejoindre en deux générations, les pays avancés. Dans un scénario optimiste pour 2034, le Royaume devra accélérer durablement et pendant 20 ans, la croissance avec un taux de 10%.
Entre ces deux scénarios extrêmes, il y en a un de niveau intermédiaire, celui d’un Maroc atteignant le niveau de la Turquie d’aujourd’hui. Pour ce faire, il lui faudra un taux de croissance de 6% tout en combinant le capital humain et physique pour  un meilleur gain de productivité et générer de la croissance par le biais de facteurs endogènes tels que l’éducation et la formation, la santé  et l’investissement dans des secteurs rentables et productifs.
Revenant sur le processus actuel au Maroc, Jean pierre Chauffour a souligné que les institutions demeurent les clefs pour déterminer le sort de tout pays. A cet égard, il a relevé que la constitution marocaine de 2011, est plus inclusive et moins exclusive. Il a évoqué les questions des libertés économiques, la justice, la bonne gouvernance et le rôle de la société civile comme contre pouvoirs et le droit à l’information. Concernant ce dernier point, Chauffour a affirmé que son bureau de Rabat est très actif pour la mise en place de ce droit  en ouvrant le débat  avec la société civile entre autres avec un objectif affiché pour 2014 : «  une société plus ouverte pour  une économie prospère
et résiliente. Il a conclu son intervention  en affirmant que la Banque mondiale a une valeur ajoutée grâce aux débats et discussions pour faciliter la transition et que le rôle de cette institution ne se limite pas uniquement à l’octroi de prêts.
Le débat a tourné par la suite autour  diverses questions axées sur l’économie de rente, le problème de la caisse de compensation et des subventions, de l’énergie ou celui du transport, la transparence dans l’octroi des appels d’offres, les relations du Maroc avec  la Banque mondiale et son fameux PAS (Plan d’ajustement structurel) initié en 1983,les rapports avec l’Union européenne et la nécessité pour le Royaume de développer de développer  de nouvelles niches et de jouer la carte de l’accord de libre échange pour  grignoter des parts pour un marché de 500 millions de consommateurs . 
 
 
———–
 
Encadré
 
OCP  Policy  Center  (OCPPC) est  un  Think  Tank  marocain établi en  2011  avec l’appui de la Fondation OCP. Le Thinktank a pour ambition d’être une plateforme de débats et de réflexions intellectuels, un incubateur d’idées pour  être forcede propositions pour  les décideurs et parties prenantes.
 
L’objectif  principal étant de  mettre  à  disposition  des  politiques  publiques des études et analyses dans le but decontribuer au développement économique et  social,  plus  particulièrement au Maroc  et  dans  les économiesémergentes. Il    promeut    également    la    production    de     recherches    et     d’analyses indépendantes,  il  vise  à créer   un  environnement propice  au  débat  public notamment   sur    des    sujets    tels    que    l’agriculture,   l’environnement,    la sécurité   alimentaire,    la   politique   macroéconomique,    le    développement économique  et  social,   l’économie  régionale,   l’économie  des   produits  de base,  l’énergie et  les  tendances-clés  des  évolutions régionales et  mondiales qui façonnent l’avenir du Maroc.
 
Pour  ce  faire,  OCP  Policy   Center   a  mis  en  place  de  nombreux partenariats avec   des  think  tank   et   des  centres de  recherches  basés   au  Maroc   et   à l’international. Dans  cette même  dynamique,  OCPPC accompagne égalementvia  son   programme  de  Young  Leaders,   le  développement  d’une   nouvelle génération de  leaders  marocains et africains dans  les domaines public, privé, et au sein de la société civile.
Derniers articlesBio

Derniers articles par challenge (voir tous)

Quatre nouveaux magasins pour Mobilia en 2015 – 13 avril 2015

Le nouveau plan d’aménagement de la métropole, fin prêt – 13 avril 2015

Les innovateurs africains seront récompensés au Maroc – 13 avril 2015

Il fait l’actu : Mohamed El Kettani, PDG du Groupe Attijariwafa bank – 13 avril 2015

challenge

LIRE AUSSI:
Le Maroc au 89ème rang des pays les plus connectés
Diversification des marchés: Des ALE à revoir ! 3/4
Ryan Air pourrait ouvrir deux bases au Maroc
Timar : la croissance vient par la diversification
Une rencontre de deux jours sur les opportunités d’affaires entre le Maroc et l’Andalousie

Tweet

Auteur challenge

Répondre

Cliquez ici pour annuler la réponse.

Articles récents 09 : 20Quatre nouveaux magasins pour Mobilia en 2015 09 : 09Les innovateurs africains seront récompensés au Maroc 09 : 09Le nouveau plan d’aménagement de la métropole, fin prêt 09 : 09Le modèle économique s’essouffle 09 : 09Cour des Comptes : la mauvaise gestion publique «mérite plus» .

Retrouvez toutes les actualités

Les + lus
Les + commentés

La fin de Méditel ?    9345 Vue
« MFM » première radio privée au Maroc    6749 Vue
L’immobilier au Maroc, un secteur malmené    6521 Vue
Inwi fait souffrir Maroc Telecom    6519 Vue
Lahcen Jakhoukh, Président-fondateur du groupe Satram    4660 Vue

La malchance, l’arrogance et l’incompétence     3 commentaires
Réforme des caisses de retraite : faisabilité politique Vs intérêt général     3 commentaires
L'immobilier au Maroc, un secteur malmené     3 commentaires
Tourisme – Vision 2020 : Le Maroc à la carte     1 commentaires
Focus sur le twitteur et la twitteuse de l'année aux MWA 2013     1 commentaires

En kiosque

Inscrivez-vous à la Newsletter !
Réseaux sociaux
Devenez Fan !Devenez Fan !Twitter@challenge_maRSSInscrivez-vous !YoutubeChallenge TV
 

Derniers TweetsNo Twitter messages.

Les spéciaux

L’argus Immo 2012

Lalla fatima

VH

EMPLOI

Avec ReKrute.com

Plus d’options
Passer une annonce

AUTOMOBILE

Avec Tomobile.net

Recherche avancée
Passer une annonce

Qui sommes-nous?
Contact
Abonnements
Publicité

Actualités
Opinions
Dossiers
Ecobiz
Politique
Magazine
Archives

Copyright Challenge 2013

Lire les articles précédents :ENTREPRISES ET ETABLISSEMENTS PUBLICS , GOUVERNANCE, CONTRôLE ET POLITIQUEActeurs économiques ou acteurs du service public, créateurs de richesses ou consommateurs de crédits, nombreux ou pas, exemples de bonne…Fermer

elektronik sigara

Les deux défis du Maroc: Diversification et emploi | Challenge.ma